En direct du canapé (saison 2020/2021): En thérapie, Hippocrate 2, Mare of Easttown & this is us

En guise de préambule, un grand clin d’oeil amical du cœur au camarade Thomas Sinaeve dont cette rubrique est un direct hommage à ses Golbeur en séries. Ensuite, un ban d’honneur pour Pierre Serisier dont l’illustre blog Le Monde des séries – espace d’accueil, d’ouvertures et de défrichages ayant permis à des milliers de lecteurs de découvrir des pépites de cet art encore méconnu, voire méprisé- a récemment fermé ses portes. Être bloggeur en 2021 est une gageure, un labeur endurant, gratifiant mais éprouvant, et mériterait une note à elle-seule. Autant dire que les deux compères sus-nommés ont été des modèles du genre et, à plusieurs reprises, une source d’inspiration lorsque la mienne venait à tarir. Où qu’ils soient, je les embrasse et ce billet leur est amicalement dédié.

On s’attendait à beaucoup de choses mais sûrement pas à une série de ce calibre. On avait beau savoir le duo Toledano/Nakache porté par un humanisme contagieux- volontiers critiqué par beaucoup de monde au regard de leurs multiples succès publics – on n’attendait pas les réalisateurs de Hors Norme, Le sens de la fête et de Samba sur le terrain d’une intimité crue, remuante, déstabilisante, parfois violente, jamais complaisante, toujours authentique. Et pourtant, à bien y regarder, il y a la même envie d’aller à l’encontre de l’autre en racontant des histoires à hauteur d’êtres vivants, tous atypiques dans leurs fêlures et tous blessés à leurs niveaux.

Il y a beaucoup à dire, en bien, d’Hippocrate 2. Déjà parce que cette nouvelle saison n’a pas attendu le Covid pour parler de la crise hospitalière tout comme Thomas Lilti n’a pas attendu pour revenir, toujours, encore, à ce qui irrigue désormais son œuvre de cinéaste, d’essayiste (le bonhomme a rédigé Le Serment, paru cette année) et de showrunner : l’hôpital et son microcosme se faisant l’écho du monde. Après trois ans d’intersaison à peaufiner et transformer le coup d’essai d’une première saison prometteuse mais, étonnamment, terriblement bancale par moments, Hippocrate 2 fonctionne parce qu’elle n’hésite pas à prendre le taureau par les cornes et plonger le spectateur sur le terrain sans prendre des pincettes. Les histoires de cœur qui alourdissaient le récit de la saison précédente sont balayées d’un revers de la main pour ne s’intéresser uniquement qu’à l’action. C’est elle, l’action, qui dirige le récit. Pas de temps pour la réflexion car il n’y a pas le temps du tout. Peu de dialogues. Le rythme est travaillé au cordeau. Étonnamment, les personnages en ressortent plus fouillés, plus spontanés. Taillés dans l’os mais avec une palette de regards qui en dit long. Sur leurs sentiments, leurs colères, leurs émotions et, bien évidemment, la manière avec laquelle on aborde les soins au sein de notre de notre système économique. On pense évidemment à Urgences, à ses débordements, à sa mise en scène extraordinaire, à sa passion d’un récit chaotique d’où fleurissait une narration addictive et puissamment évocatrice. On pense, évidemment, à tout cela. Il n’empêche: Lilti cite ses inspirations tout comme sa connaissance inhérente du milieu. Sans se perdre dans les grands sentiments et les grands discours. C’est superbe, sans hésitation.

Peut-être parce que Kate Winslet déjà. Ou principalement. Avec une filmo à tomber et des récompenses à la pelle, Kate n’a tellement plus rien à prouver qu’elle pourrait enchainer les projets sans se préoccuper d’autre chose que ses impôts. Son aura, indéniable, et sa renommée, d’une envergure telle que ses détracteurs se terrent dans un trou de souris, y sont pour beaucoup dans la réussite de cette production.

Publié par

Élevé par Billy Wilder, Robert Zemeckis, Chaplin et Chandler Bing. A grandi à Capeside et au Cook County General. Autrement #Libraire dans la vie en vraie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s